À SUIVRE

LES REMONTÉES CAPILLAIRES
Problèmes et Solutions

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

D’après un rapport de l’INSEE de 2017, 20 % des ménages français ont des problèmes d’humidité dans leur logement. Une source d’humidité fréquemment rencontré dans l’habitat, est l’humidité ascensionnelle ou appelé également remontées d’humidité par capillarité. Venant des sols, elle occasionne souvent des dégâts importants tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des maisons. Elle advient du contact entre les fondations de la maison et les sols humides qui l’entourent. L’eau présente dans le sol, monte par capillarité dans les murs, comme un sucre plongé dans une tasse de café. Et les conséquences néfastes pour l’habitat sont nombreuses.

Les fondations d’une maison, se trouvent très souvent en contact avec de l’eau :

  • Terrains humides
  • Sources
  • Ou nappes phréatiques

Depuis les années 60, les constructions sont pourvues de systèmes d’étanchéités permettant de stopper l’ascension d’humidité ; par exemple, en intégrant entre les fondations et la maçonnerie, une arase bitumeuse formant une barrière étanche. Mais ça n’a pas toujours été le cas… Le type d’habitat le plus touché par ce phénomène, est donc principalement, celui antérieur aux années 60. Et les conséquences directes de cette humidité ascensionnelle, sont nombreuses. Les principales sont :

 

Les joints de maçonnerie abîmés

Sur des soubassements en pierre (meulières, moellons, ou autres..) , il est fréquent de voir les joints se déliter. L’humidité, toujours présente dans la masse du mur, détériore les joints, les rendant friables. Ça peut aller jusqu’au descellement des pierres dans les cas les plus extrêmes.

 

LES MOISISSURES

En extérieur, la maçonnerie humide est le terreau fertile pour la prolifération de lichens et de mousses qui entrainent une altération de la surface. En intérieur, l’humidité prolongée dans un local non-aéré et privé de lumière, favorise la prolifération des moisissures et des champignons, à l’odeur caractéristique de moisi. D’après une étude de l’OQAI, 37% des foyers français seraient affectés par une contamination fongique

Source : Étude réalisé entre 2002 et 2005 par l’OQAI (Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur)

 

LE SALPÊTRE

Cette avarie se détecte par la formation d’auréoles blanchâtres en partie basse des ouvrages ou d’efflorescences. Les sels solubles dans le sol, dans la pierre ou les joints, sont drainés par capillarité jusqu’à la surface de la pierre, où ils cristallisent lorsque l’eau s’évapore. Le problème est d’autant plus grave que les sels sont présents en profondeur, car il peut en résulter un affaiblissement des capacités mécaniques du matériau.

 

Le décollement du support

Ça se caractérise par une perte d’adhérence entre l’enduit et la maçonnerie. Pas toujours visible à l’œil nu, pour en avoir le cœur net, on sondera les parties suspectes avec un maillet. Si ça sonne creux, l’enduit n’adhère plus au support. Afin de respecter les règles de l’art, il conviendra avant le ravalement, de piocher ou purger ces parties qui sonnent creux.

 

LES CLOQUES

C’est une altération caractérisée par une déformation du revêtement sous la forme de cloques.  Lorsque la déformation du revêtement par cloquage dépasse sa résistance élastique, il y a rupture du revêtement, entraînant la mise à nu du support. Ce qui cause une rupture d’étanchéité par la même occasion.

 

 

Si je récapitule, les 5 conséquences principales des remontées d’humidité par capillarité sont :

  • Les joints abîmés
  • Les moisissures
  • Le salpêtre
  • Le décollement du support
  • Et les cloques.

 

Si vous êtes assujettis à un ou plusieurs de ces problèmes et que vous cherchez à stopper cette humidité une bonne fois pour toute, Il existe plusieurs solutions. Il faut savoir que dans le cadre d’un programme de recherche, diligenté par la Fédération Française du Bâtiment (FFB) en 2011, plusieurs laboratoires ont démontré que le procédé d’injection de produit hydrophobe a permis d’obtenir les meilleurs résultats parmi plusieurs autres solutions. Cette action consiste à recréer aujourd’hui, ce qui n’a pas été fait à l’époque de construction de votre maison. A savoir une barrière étanche entre vos fondations et votre mur. On appelle cela une arase sanitaire.

 

La méthodologie consiste à :

  • Tracer la ligne de traitement au-dessus du sol
  • Marquer les espaces de forage à intervalles réguliers
  • Forer avec une légère inclinaison de 20° vers le bas. La profondeur du forage dépendra de l’épaisseur du mur.
  • Enlever les poussières des puits de forage pour une meilleur imprégnation du produit. Une soufflette peut faire l’affaire.
  • Puis Injecter le produit trou par trou.
  •  

Une fois injecté, le produit se diffusera dans la maçonnerie, créant une barrière étanche. En effet, l’humidité ascensionnelle cristallisera au contact du produit, empêchant ainsi, celle-ci de remonté plus haut que le niveau du sol. Si votre mur est creux (Parpaings, briques creuses) le produit injecté sera liquide.  Si votre mur est dense (Meulières, briques, etc…) privilégiez sa version en crème. Il se diffusera mieux dans la maçonnerie.

Les fabricants préconisent des quantités bien spécifiques. On veillera à les respecter scrupuleusement pour que le traitement soit efficace. Le mieux, est de faire appel à un professionnel. Il saura envisager toutes les subtilités relatives à votre maison.

Une fois le traitement effectué, ne vous lancez pas tout de suite dans des travaux de ravalement ou de rénovation intérieur. Le respect d’un temps de séchage est nécessaire.
En moyenne, comptez entre 4 et 8 mois pour un mur d’épaisseur 40cm. Variable selon le taux d’humidité initial et la densité des matériaux. C’est un peu comme si vous fermiez une autoroute au niveau du péage. Il faudra encore attendre que les voitures engagées sortent.

 

Comment faire une déclaration préalable de travaux ?

Wikitravo
23 k vues

Les remontées capillaires Problèmes et Solutions

Wikitravo
23 k vues

Les différents types de fissures en façade

Wikitravo
23 k vues

BON TRAVAUX …

Pour rester informé de nos dernières vidéos, abonnez-vous à notre newsletter en

Si vous avez des questions, dites-le-moi en commentaire, je me ferai un plaisir des vous répondre !

Laisser un commentaire